image
image Rejoignez-nous sur Twitter !

L'actualité du groupe RATP au service des élus et des acteurs qui font les territoires.

image Suivre @RATPgroup_Terr

Les dernières infos sur l'activité du groupe RATP.

image Suivre @RATPgroup
#1 Qualité de villes

Rencontre avec Nathalie Machon

L’attention portée à la biodiversité connaît un écho de plus en plus large

Les territoires s’emparent de la question, proposant des plans d’action et se fixant des objectifs dans ce domaine désormais sensible. Nous avons demandé à Nathalie Machon, professeure d’écologie au Muséum national d’histoire naturelle, de revenir sur ce qui fait la spécificité de notre biodiversité urbaine.

LA BIODIVERSITÉ EST INDISPENSABLE AUX CITADINS

Nathalie Machon
Professeure d’écologie au Muséum national d’histoire naturelle

La biodiversité est fondamentale pour les habitants des villes car ces écosystèmes leur rendent d’indispensables services.
On pense ainsi à la régulation des températures en période de canicule, à la participation à la dépollution du sol, de l’eau, de l’air, mais il ne faut pas sous-estimer l’impact positif sur la santé. De plus en plus d’études montrent que les gens qui vivent dans des quartiers à forte biodiversité sont en meilleure santé. C’est vrai pour les allergies au pollen, qui sont moins nombreuses, mais aussi pour le stress, les dépressions. De fait, vivre dans du tout minéral semble difficilement supportable !

Jusqu’à peu, l’attention portée à ces sujets était moindre, voire on cherchait à domestiquer la nature en ville car, pour caricaturer, personne n’aime les insectes. Mais on voit que cela bouge, certaines études montrent qu’aujourd’hui le public adepte des espaces verts plus foisonnants, avec une gestion douce, dépasse en nombre celui préférant les espaces très gérés, dont la biodiversité s’avère très pauvre.

La biodiversité et tout ce qu’elle implique semblent ainsi mieux acceptés et on voit que la demande de vert augmente considérablement. Les habitants la formulent lorsqu’ils sont interrogés sur des projets urbains, ou à travers leur engouement pour les permis de végétaliser. Certaines villes portent d’ailleurs une forte ambition, je pense notamment à Nantes ou Angers, mais il y a aussi Grenoble, Strasbourg, etc. On y voit croître la végétalisation en parallèle de la mobilité douce. Car, évidemment, la voiture est l’un des principaux ennemis : pollution, sol bitumé…

Lorsque les villes redonnent davantage de place aux piétons, aux cyclistes, c’est également positif pour la biodiversité puisque la pollution diminue et que la végétation qui jouxte souvent ces voies représente de véritables corridors pour les espèces, reliant les espaces verts entre eux. Et ces mutations à l’œuvre portent leurs fruits : parmi tous les écosystèmes au monde, les seuls qui ont une tendance à l’amélioration sont ceux des villes.

Pour aller plus loin ...

Cliquez ici pour télécharger le magazine complet

– Retrouvez le sommaire de Qualité de ville : https://ratpgroup.com/fr/news/qdv1-sommaire/

– Découvrez l’édito de Catherine Guillouard : https://ratpgroup.com/fr/news/qdv1-edito/

– Découvrez l’interview de G.Hampton, bioacousticien et cofondateur de Quiet Parks International : https://ratpgroup.com/fr/news/qdv1-temoins-g-hempton/

– Découvrez de quelle manière les transformations de la nature en ville éclairent la tendance actuelle à la végétalisation : https://ratpgroup.com/fr/news/qdv1-pour-memoire/

– Finirons-nous par cultiver nos jardins à même nos façades ? Grimpons dans le téléphérique, pour contempler la ville depuis les airs. Vincent Callebaut et Côme Berbain nous éclaire sur ces différents sujets : https://ratpgroup.com/fr/news/qdv1-rever-la-ville/