Qualité de villes, le magazine du groupe RATP qui donne à voir LA VILLE AUTREMENT.

Retour au site RATP GROUP

Mémoire

Les liens du sport

De l’histoire de son développement à sa contribution au vivre-ensemble, retour sur le rôle que peut jouer le sport dans la constitution d’une identité, d’une mémoire collective. Lieux symboliques, pratique quotidienne, grands événements : en quoi génèrent-ils du lien ?

En ville, pratique et diffusion du sport demeurent intimement liées à l’existence d’espaces et d’équipements dédiés. L’origine de leur développement se situe dans l’Angleterre du XIXe siècle où, avec les sports progressivement réglementés que sont le football et le rugby, apparaissent des lieux exclusivement dévolus à la pratique sportive. En France, à la fin du XIXe siècle, de nombreux aménagements, souvent rudimentaires, émergent grâce aux premières associations sportives urbaines, l’enjeu étant de pouvoir disposer d’un lieu de pratique. On observe un premier élan dans les années 1900, avec le développement de stades et de terrains, même rudimentaires. Comme l’explique Julien Sorez, agrégé d’histoire et maître de conférences à l’Université Paris Nanterre « les municipalités seront des acteurs décisifs dans le développement de la pratique sportive, particulièrement durant l’entre-deux-guerres, avec l’aménagement de terrains, stades, piscines, gymnases.

L’équipement sportif, au même titre que l’école et la mairie édifiées quelques décennies avant, incarne le pouvoir municipal, l’un des lieux où se fixe une fierté d’appartenance. En ce sens, cela participe à la création de liens entre habitants qui, pour beaucoup, viennent des campagnes françaises ou d’Europe, à la transmission d’une mémoire locale. L’un des exemples les plus saillants en France est le stade Bollaert, à Lens, qui incarne et pérennise la mémoire des gueules noires pourtant disparues ». Ainsi, lorsqu’il est question de déplacer un stade en périphérie, comme en Angleterre dans les années 1980 et 1990, une forte mobilisation se déploie pour préserver ce patrimoine urbain, porteur, pour une partie de la population, d’une forte charge émotionnelle individuelle et collective.

Mais, au-delà des équipements, comment le sport contribue-t-il à la formation de liens ? « En réalité, cela dépend du contexte et des acteurs, explique Julien Sorez. Par exemple, la pratique sportive qui se développe aux États-Unis en parallèle de l’industrialisation participe grandement à la socialisation urbaine des populations nouvellement arrivées en ville. Dans les banlieues françaises, le stade municipal est un point de rassemblement des communautés locales au début du XXe siècle, lorsque de nombreux primo-arrivants s’y installent. À travers les entraînements, les matchs ou les événements liés à la vie sociale de l’association sportive, comme les banquets, les assemblées générales, des liens sociaux de proximité se créent. »

Si l’on se penche sur les grands événements sportifs, « on peut remarquer que le tissu social, la capacité redistributive de l’État, la configuration du pays qui accueille l’événement jouent un rôle décisif dans le possible bénéfice de celui-ci pour les habitants, précise Julien Sorez. Ainsi, l’accueil d’un grand événement ne suffit pas en soi à créer du lien. Une véritable démarche doit exister afin de penser l’après : que les divers équipements, infrastructures, aménagements puissent être profitables à tous. Comme le rappelle Julien Sorez, « lorsque la ville de Rio procède à un véritable nettoyage urbain du centre pour accueillir les JO et la Coupe du monde de football, les populations des favelas perdent leurs ressources qui étaient intimement liées à l’économie souterraine du centre-ville. Parmi les réussites, il y a par exemple les JO de Barcelone, en 1992. C’est un véritable modèle de rénovation urbaine puisqu’une grande partie de la ville a été repensée avec le souhait de laisser un héritage durable et positif pour tous les habitants. Le quartier olympique, entièrement réhabilité pour l’occasion, est aujourd’hui intégré à la ville. La capitale catalane a par ailleurs beaucoup gagné en attractivité touristique à l’occasion de ces Jeux ».

Retour au site RATP GROUP