Qualité de villes, le magazine du groupe RATP qui donne à voir LA VILLE AUTREMENT.

Retour au site RATP GROUP

Mémoire

Expositions universelles et mobilité : toute une histoire

Transporter les visiteurs, célébrer la technologie : depuis cent soixante-dix ans, les expositions universelles font doublement bouger les villes.

Depuis 1851, les expositions universelles sont pour les villes hôtes un puissant moteur de modernisation. En 1880, alors que l’Australie tout entière ne compte encore que 2,2 millions d’habitants, 1,3 million de curieux se pressent à Melbourne ! L’événement va stimuler la croissance de la ville, son activité industrielle et son réseau de tramway, qui est encore aujourd’hui le plus étendu au monde. Quelques années plus tard, en 1929, c’est au tour de Barcelone, qui entend s’affirmer comme une destination privilégiée pour les grandes foires internationales, de se transformer : construction de deux bâtiments monumentaux pour la nouvelle gare de França, création d’avenues asphaltées, à l’éclairage moderne, et mise en service des premières lignes de métro. Le phénomène se répète sur tous les continents : pour Montréal, 1967 restera l’année de l’Exposition et celle de l’inauguration du métro ; en 2000, Hanovre parie sur les transports en commun (train à grande vitesse, métro, nouveau terminal d’aéroport) pour acheminer les visiteurs ; Shanghai, qui accueille en 2010 l’Exposition universelle, en sortira transformée, avec notamment quatre nouvelles lignes de métro.

Bien sûr, les expositions sont d’abord une formidable vitrine pour les dernières innovations. Chaque époque a ses technologies stars. La toute première ligne de métro parisienne n’est pas la seule attraction de l’Exposition universelle de 1900 : plus de 6 millions de curieux vont emprunter la « rue de l’Avenir », un trottoir roulant installé sur un viaduc de 7 mètres de hauteur, qui permet de parcourir 3,5 kilomètres… en vingt-six minutes. En 1967, Montréal embarque les visiteurs à bord du très « futuriste » Expo Express, un métro autoguidé par ordinateur. À Shanghai, c’est l’automobile électrique qui tient la vedette. La ville a invité les leaders mondiaux à exposer leurs innovations en matière de voitures « propres ». Quant à l’Expo 2020 Dubai, accessibilité des lieux et présentation des véhicules autonomes portent les promesses de la mobilité inclusive de demain.

frise_chronologique_memoire_qdv5_1920
Didier_Lescloupe

« Le métro automatique de Riyad va contribuer à décongestionner la ville et limiter la pollution »

Didier Lescloupé
Groupe RATP, directeur général de CAMCO, métro de Riyad

Quelle est la spécificité du métro de Riyad qui sera prochainement mis en service ?

D.L. C’est le premier réseau de transports en commun de cette taille à Riyad ! En dix ans, la ville va se doter d’un réseau de métro
100 % automatique de dernière génération, avec 6 lignes desservant 84 stations sur 176 kilomètres. C’est l’équivalent de 25 % du métro parisien, construit, lui, en cent vingt ans. Avec notre partenaire saoudien SAPTCO, nous avons été choisis pour exploiter durant douze ans les lignes 1 et 2, véritables axes structurants de ce nouveau réseau.

En quoi sa mise en service va-t-elle contribuer à transformer le visage de la capitale saoudienne ?

D.L. Ce métro va jouer un rôle essentiel au quotidien non seulement pour les habitants, en reliant zones densément peuplées et équipements publics ou privés, mais aussi pour le développement économique de la ville, en reliant l’aéroport international au quartier financier.

Associé au nouveau réseau de bus, le métro va offrir une alternative à la voiture individuelle et décongestionner la ville, limitant la pollution. Il contribuera donc à la compétitivité de Riyad en améliorant le mode de vie de ses habitants, conformément au plan Vision 2030 lancé par les autorités du royaume.

Retour au site RATP GROUP