Qualité de villes, le magazine du groupe RATP qui donne à voir LA VILLE AUTREMENT.

Retour au site RATP GROUP

Inspirations

Dubai, source d’inspiration pour la ville de demain

Tournée vers la construction du futur, l’Exposition universelle de Dubai est imprégnée du principe de durabilité. Chaque pays s’est emparé de ce thème pour en livrer une interprétation culturelle, digitale ou architecturale.

image_1_inspirations_qdv5_800x450

Comment mieux vivre demain, en respectant l’environnement et la planète ? En offrant aux visiteurs du monde entier la possibilité de toucher concrètement du doigt les menaces environnementales mais aussi de découvrir les solutions les plus pointues pour les affronter, l’Expo 2020 Dubai montre la voie d’un avenir durable. Une ambition déclinée dans les trois districts qui structurent le site, Opportunité, Mobilité et Durabilité, chaque pays participant apportant sa contribution à ces grands enjeux.

Bienvenue dans le futur

Dans le district Durabilité, le pavillon tchèque démontre que l’on peut transformer des terres arides en lieux fertiles en utilisant l’énergie solaire pour extraire la vapeur d’eau présente dans l’air tandis que le pavillon des Pays-Bas se présente comme un système climatique intégré miniature et propose une ferme verticale. En combinant différentes innovations, on peut faire pousser des aliments, collecter de l’eau et générer de l’électricité, même dans les conditions climatiques extrêmes qui sont celles de Dubai. Dans le district Mobilité, les visiteurs peuvent assister à des démonstrations de dispositifs de mobilité de pointe sur une piste de 330 mètres ou emprunter un ascenseur sans fil capable de transporter 160 personnes à la fois. Un peu plus loin, le pavillon de la République de Corée allie le virtuel et le réel, avec une promenade immersive guidée par mobile tandis que le pavillon français donne à voir les Flying Whales, des dirigeables à très faible empreinte environnementale destinés au transport cargo.

Enfin, dans le district Opportunité, les pays rivalisent de créativité pour imaginer de nouvelles formes d’intelligence collective. Le Royaume-Uni mise, par exemple, sur la coopération entre intelligence humaine et intelligence artificielle avec un message, mi-sculpture, mi-poème participatif, qui s’affiche et évolue sans cesse sur la façade de son pavillon.

Dubai s’inscrit ainsi dans la longue tradition qui lie expositions universelles et transformation urbaine, avec un impact durable : le réseau de train rapide AVE, inauguré en 1992 pour relier Madrid à Séville, reste l’un des pionniers de ce mode de transport dans le monde et continue de stimuler les progrès technologiques, notamment en matière d’intelligence artificielle. En choisissant, en 1998, pour thème « Les océans, un héritage pour
l’avenir », Lisbonne s’est positionné sur un enjeu qui avait du sens pour le Portugal mais aussi pour la planète toute entière.

Construire la durabilité à Dubai

Plus qu’une vitrine dédiée aux innovations, l’Expo 2020 Dubai est un espace de solidarité, de collaboration et de dialogue privilégié entre les différentes nations participantes. Visite guidée de cet écosystème avec Dimitri S. Kerkentzes, secrétaire général du Bureau international des expositions (BIE).

Dimitri-S-Kerkentzes_400

"L’Expo 2020 Dubai est un véritable laboratoire permettant de développer ensemble les solutions futures."

Dimitri S. Kerkentzes,
secrétaire général du Bureau international des expositions

Quelles sont les spécificités de l’Expo 2020 Dubai ?

D.S.K. L’Expo 2020 Dubai est la première exposition universelle à se tenir dans la région Moyen-Orient, Afrique et Asie du Sud (MEASA). C’est dans cette région en pleine effervescence où les deux tiers des habitants ont moins de 35 ans que Dubai, ville cosmopolite, accueille cet événement ayant pour thème : « Connecter les esprits, construire le futur ». À l’aune de la pandémie de Covid-19, cette thématique a pris un sens nouveau. Jamais la solidarité et la coopération entre l’ensemble des nations n’ont été aussi nécessaires. L’Expo 2020 Dubai est un véritable laboratoire permettant de développer ensemble les solutions futures, un catalyseur et un organisateur de partenariats qui s’affranchissent des barrières nous séparant et qui transcendent les fractures géographiques, culturelles et générationnelles.

 

Quelles retombées un pays participant peut-il attendre ?

D.S.K. Les expositions universelles constituent des vitrines d’envergure pour le pays hôte comme pour les pays participants, en particulier dans les domaines des réalisations technologiques et scientifiques, du savoir-faire et des modes de vie. Au-delà des retombées commerciales, une exposition universelle est également une plateforme multilatérale de diplomatie publique qui permet de défendre des valeurs politiques fondamentales, de promouvoir le dialogue interculturel, de renforcer la solidarité internationale. Aussi, l’enjeu du participant n’est pas uniquement de savoir ce que l’exposition peut lui apporter mais aussi comment il peut contribuer à répondre aux défis globaux.

 

Comment s’organisent les futures expositions universelles ?

D.S.K. Depuis le dépôt de candidature d’un pays jusqu’à la clôture d’une exposition, il se passe presque dix ans. Les organisateurs doivent adopter dès leur candidature une approche holistique et planificatrice de régénération urbaine et sociale, qui privilégie les effets à long terme de l’organisation d’un tel événement. Une réflexion sur les communautés, leurs espaces et leurs territoires, et l’inclusion de l’ensemble des parties prenantes, dont les citoyens, sont indispensables. La prochaine exposition universelle, amorcée depuis 2017, aura lieu en 2025 à Osaka, Kansai, autour du thème
« Concevoir la société du futur, imaginer notre vie de demain ». En ce qui concerne l’exposition universelle de 2030, à l’heure actuelle, deux pays ont déposé au BIE leur candidature : la Fédération de Russie (Moscou) et la République de Corée (Busan).

Comment l’Expo 2020 Dubai envisage-t-elle la thématique de la durabilité ?

D.S.K. Le thème de l’Expo 2020 Dubai est fondé sur l’idée que, face aux défis d’aujourd’hui et de demain, les partenariats et la collaboration permettent de trouver de nouveaux chemins vers le progrès. Ceci est particulièrement le cas en matière de durabilité, l’un des trois sous-thèmes de l’exposition. Dès l’amont du projet, la durabilité s’est illustrée à travers des initiatives de sensibilisation des citoyens et d’autres parties prenantes. Par exemple, les
« Champions de la Durabilité » ont été célébrés dans les écoles dans le cadre du programme éducatif de l’exposition, des projets déployés au sein du programme
« Expo Live » ou de celui des meilleures pratiques « Global Best Practice  » ont été soutenus et seront mis à l’honneur tels les filets collecteurs d’eau de brouillards de Dar Si Hmad. Grâce à l’organisation de semaines thématiques, de séminaires et de forums comme la Semaine du développement rural et urbain en novembre 2021, l’Expo 2020 Dubai mettra en relation toutes celles et tous ceux qui œuvrent pour un monde plus durable. Chacun pourra partager ses idées et ses bonnes pratiques pour inspirer le changement et contribuer à la création d’un monde plus responsable.

 

Comment le BIE a-t-il fait preuve de résilience et d’adaptabilité face à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 ? Quelles ont été les conséquences de celle-ci sur l’organisation d’un tel événement ?

D.S.K. L’ensemble des états membres du BIE ont décidé de reporter d’un an l’Exposition universelle 2020, ce report témoignant des liens solides qui nous unissent et de notre volonté commune d’organiser une exposition universelle véritablement inclusive. Les préparatifs en vue de l’Expo 2020 Dubai se sont poursuivis sur le site comme dans les pays participants. La santé et la sécurité de toutes les personnes visitant et travaillant à l’exposition ont été et demeurent la priorité absolue de tous. Outre une campagne de vaccination active au sein de l’Exposition et l’application des mesures barrières, un système intelligent de files d’attente pour les pavillons a été développé. De même, l’Expo 2020 Dubai utilise les toutes dernières technologies disponibles pour accroître l’offre virtuelle et numérique.

 

Le garant de la qualité des expos

Depuis sa création en 1928, le Bureau international des expositions (BIE) est le garant de la qualité des expositions universelles. En plaçant au cœur de ces événements l’éducation, l’innovation et la coopération, il les a fait évoluer : de vitrines des innovations industrielles, ils sont devenus de véritables plateformes de discussions mondiales autour des grands enjeux planétaires. Aujourd’hui, le BIE regroupe quelque 169 pays. La prochaine exposition, en préparation depuis depuis 2017, se tiendra en 2025 à Osaka, Kansai. Son thème ? « Concevoir la société du futur, imaginer notre vie de demain ».

 

image_2_inspirations_qdv5_800x450

Le pavillon du Luxembourg, construit pour durer

Une forme infinie, celle du ruban de Möbius, qui évoque l’économie circulaire, mais aussi des lignes qui symbolisent l’ouverture et le dynamisme de son pays d’origine : le pavillon du Luxembourg a si bien joué la carte de la durabilité qu’il aura une vie une fois partis les derniers visiteurs de l’Expo 2020 Dubai. Les autorités de Dubai ont en effet proposé au Luxembourg de reprendre le pavillon.

Pour Maggy Nagel, ancienne ministre de la Culture du Luxembourg en charge du GIE Luxembourg @Expo 2020 Dubai, « le travail du bureau Metaform et de l’équipe sur ce projet sera ainsi préservé. Ce bâtiment magnifique s’inscrira parfaitement dans l’esprit innovateur du nouvel ensemble urbanistique qui se développera dans les années à venir autour du site actuel de l’exposition universelle ».

La mobilité se conjugue aussi à l’international !

Nicolas-Blain_400

Nicolas Blain
Chef du pôle relations internationales et affaires européennes du groupe RATP

En quoi les instances internationales jouent-elles un rôle majeur pour le groupe RATP et l’ensemble des transporteurs ?

N.B. Dans un marché mondial en pleine expansion, les relations internationales sont stratégiques. Elles permettent de partager nos expertises entre pairs et de les enrichir. Les instances internationales favorisent ces échanges et benchmarks. Dans ce domaine, le groupe RATP, troisième acteur mondial de transport urbain, est très actif : il est membre de l’International Transport Forum, l’équipe
« transport » de l‘Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), mais aussi du réseau mondial des métros CoMET et il est très présent au sein de l’Union internationale des transports publics (UITP), autant de structures dans lesquelles le dialogue est toujours fécond.

 

La crise sanitaire a-t-elle impacté la mobilité et son avenir ?

N.B. Incontestablement oui, même si l’avenir post-Covid-19 reste à construire. La crise du Covid a été d’une telle violence que les acteurs du transport public auraient pu se replier sur eux-mêmes pour faire face à l’urgence. Au contraire, les échanges internationaux se sont poursuivis et se sont même multipliés. L’UITP a joué un rôle majeur pour faciliter ce dialogue international en organisant, par exemple, des webinaires qui ont simplifié le partage d’informations entre professionnels sur des sujets aussi importants que la propreté des matériels roulants et des espaces ou la réflexion à mener sur l’avenir du transport public à l’heure du développement croissant du télétravail et de l’e-commerce. Durant cette période, l’UITP a soutenu ses membres pour trouver le chemin de la résilience face au Covid-19.

Comment ces instances internationales contribuent-elles à l’évolution du transport public ?

N.B. À travers le monde, le transport public joue un rôle-clé dans le développement des villes intelligentes, durables et solidaires ; il en est même un élément moteur. Dans ce cadre, les instances internationales ont un rôle important à jouer. Prenons l’exemple de l’UITP : avec 1 800 entreprises membres réparties dans 100 pays, cette structure constitue une association puissante, efficace et reconnue. Elle a, par exemple, réalisé un important travail auprès de la Commission européenne pour que le transport public, en phase avec les objectifs du Green Deal en matière de transition écologique, soit pris en compte dans le plan de relance européen.

Promouvoir la mobilité durable

L’Union Internationale des transports publics (UITP) existe depuis 1885. Aujourd’hui, avec 1 800 membres dans 100 pays, elle collecte et publie des données sur le secteur des transports publics, organise des événements, initie des projets de recherche et d’innovation au service d’une mobilité urbaine durable. Membre actif de l’UITP, le groupe RATP s’inscrit pleinement dans cette démarche, comme en témoigne, par exemple, l’inauguration en mars 2021 à Casablanca de RATP Dev Digital Hub Maroc, une filiale dédiée à l’innovation.

image_3_inspirations_qdv5_800x450
Retour au site RATP GROUP